FRANCAIS

poètes de 4°2

Par SANDRA MALANDAIN, publié le dimanche 29 mars 2020 12:32 - Mis à jour le dimanche 29 mars 2020 12:32
coquelicots.webp
Évadez-vous un instant en lisant ces poèmes lyriques rédigés par des élèves de 4°2.

UN HIVER SANS VIE

 

L'hiver sombre de nuit brillant ainsi

L'air ambiant se refroidissant à minuit

Et dans cette vie personne ici

Les rues sont pleines de mélancolie

 

Dehors la neige tombant

Vit seule stagnant

Sans vie, un air de mort

S'accroche sur un sycomore

 

Le froid brûle mes doigts

Et crée en moi de l'émoi

La glace fige ce que je vois

Et me laisse sans voix

 

Le soleil donne à la mer

Un effet éphémère

On oubliera le froid de l'air

Bientôt s'arrêtera l'hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMBLE SOLAIRE

 

 

Les jours passent lentement mais le temps rapidement.

Le soleil est de retour, plus puissant et attachant qu’avant.

Le vent doux passe, tel un artiste jouant du piano.

Les petits nuages défilent en un paisible ruisseau.

 

Je sens venir non pas la chaleur, mais la canicule.

Je vois ces jeunes enfants à plumes qui sifflent.

Eblouie par la couleur des fleurs, fanées.

Dans la ruelle, j’aperçois avec joie mon voisin Noé.

 

Les rayons solaires me font rugir comme un lion.

Les mirages fous du soleil font place aux hallucinations.

L’été, l’été, l’été est revenu !

Revenu, revenu, revenu s’installer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’AUTOMNE

 

 

Je me suis assis sur un banc

Tout en repensant à l’automne

Ayant recouvert mon printemps

La douceur de ce temps m’étonne

 

Ainsi arrive l’été indien

Echo d’été pas si lointain

Aujourd’hui les arbres rougissent

Aujourd’hui les souches pourrissent

L’odeur du sous-bois vient me hanter

Les branches craquent sous mes pieds

Les gens ramassent des champignons

Ainsi que de petits marrons

 

Je me suis assis sur un banc

Tout en regardant les passants

J’entends le sifflement du vent

Trop conscient de l’hiver passant

 

Je sentis le froid arriver

Puis je vis ma peau frissonner

Quelques gouttes de pluie sont tombées

Heureux chez moi je suis rentré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SI BEL HIVER

 

 

Mon hiver !

Tu es si beau

Avec ta robe blanche

Et ta fraicheur intense !

 

Mais au fur et à mesure,

Les années passent,

Et tu t’affaiblis.

Es-tu malheureux ?

 

Pourquoi

Ne mets-tu plus ta robe blanche ?

Elle ne te protège pas assez

Du vent froid

Qui traverse ta brume

 

Ne pleure pas

Tout seul,

Et parle-moi !

 

L’hiver,

Es-tu malade ?

Souffres-tu de la pollution ?

L’hiver,

Fais attention !

Notre  climat commence à s’éclipser.   

 

 

 

 

 

 

 

MON AMOUR AU PRINTEMPS

 

 

Je t’aimais comme une fleur aime le soleil,

Comme une goutte d’eau aime l’océan.

Je t’aimais d’un amour inconditionnel

Puis tu as abandonné mon cœur béant.

 

Je t’aime et mes sentiments s’envolent

Tels les graines de radiata.

Je t’aime, les animaux batifolent,

La vie s’éveille, deci delà.

 

Je t’aimerai, ancrée dans mes souvenirs.

Nous sommes liés à vie comme des loups.

Je t’aimerai jusqu’à mon dernier soupir,

Jusqu’à ma dernière douleur, jusqu’au bout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ETE DU BONHEUR

 

 

 

Aujourd’hui c’est la saison du bonheur

L’été il est toujours à l’heure

C’est la fin de la tristesse

C’est le début de l’allégresse

 

Le soleil semblable au feu

Va enflammer de bonheur vos yeux

Ce goût de joie est présent

Je le sais je le sens

 

Les plantes scintillent

Ça pousse comme des myrtilles

C’est la fin de l’hibernation

C’est le début de la natation