FRANCAIS

Des lieux pleins de sensations poétiques !

Par SANDRA MALANDAIN, publié le mercredi 16 mai 2018 19:32 - Mis à jour le mercredi 16 mai 2018 19:32
brokus.jpg
Découvrez les poèmes des sixièmes 3.

Quand je suis au ski

 

Je vois la montagne pointue et blanche.

Puis j’aperçois les professionnels qui glissent.

 

La neige froide et douce touche mon visage

Et mes mains se glacent, deviennent humides.

J’ai froid, et mes poils se hérissent.

 

Une odeur nauséabonde de fromage en tranches

Embaume l’appartement.

Elle est tenace, le nez m’en pique :

Ce n’est pas un délice !

 

E.P.

 

 

 

Je ne suis point jaloux de qui m’a précédé.

Mais dans les endroits lugubres où toi tu étais,

Dans les endroits joyeux, moi je batifolais.

Sur les nuages où nous rêvions d’aller,

On pensait que la joie voulait nous délaisser.

 

Alors un jour nous partirons.

Et alors sur le monde, pleurant

La mort du maître, nous règnerons,

Tout en mourant très lentement.

 

L. T.

 

A la plage

Je contemple les rayons du soleil

Qui dans la mer bleue se reflètent.

J’aperçois des enfants qui jouent.

Je vois de grosses vagues détruire leurs châteaux.

 

J’entends les klaxons des bateaux,

J’écoute les vagues

S’étaler sur le sable chaud.

 

J’attrape ce sable qui me glisse entre les mains.

Je sens le vent frais qui gâche toujours tout.

C’est pourquoi nos belles journées à la plage

S’achèvent toujours trop vite.

 

E.B.

 

Alunissons !

 

La lune, soleil de la nuit,

Brillante de jour comme de nuit !

Elle est là, la lune, je la vois.

Maintenant, elle est là, la lune la voilà !

 

Là aussi,

Je la sens ici.

La voici.

C’est la lune.

Sur elle, mes pieds se sont posés.

Je me sens léger

Comme une plume,

Quand je suis sur la lune.

Je me baisse et ramasse de la poussière

Lunaire

Que je jette en l’air.

Là, je vois la terre.

Nous sommes tout petits au milieu de l’univers…

 

Il n’y a pas d’ambiance.

C’est le silence

Qui règne, intense.

Pas un bruit,

Pas un cri,

Pas une vie,

Il n’y a personne ici…

 

A.T.

 

 

Quand je suis à la forêt

 

Je peux entendre

Les cris des enfants qui courent après les pigeons,

Le crissement des dents des écureuils contre les noisettes,

Les oiseaux qui s’envolent en gazouillant.

 

Je peux voir

Les arbres pointus avec leurs feuilles vertes et douces,

Les oiseaux qui s’éloignent de mon champ de vision,

Mais aussi les buissons

Avec leurs baies rouges éclatantes.

 

Je peux toucher

L’herbe pour ressentir sa fraicheur et son humidité,

Les feuilles cotonneuses, les buissons hérissés,

La rose, pour caresser ses pétales de velour.

 

L. L.

 

 

Quand je suis à la bibliothèque

 

Je vois des livres, mais pas seulement.

Je vois des étagères, des ordinateurs…

Je vois à quel point c’est bien rangé.

Que c’est propre ! Que c’est accueillant !

C’est un paradis pour les jeunes lecteurs !

 

Je suis dans un lieu silencieux.

Je n’entends que des chuchotements, et encore !

Le calme et l’harmonie règnent sur ce lieu.

Le bruit n’a pas sa place ici.

C’est le silence absolu dans cet endroit merveilleux !

 

Quand je touche les livres,

Ça me donne envie de les vivre.

En tournant leurs pages, j’aimerais tourner avec eux !

D’autres livres, je voudrais les chiffonner.

Certains livres sont tellement doux

Qu’on pourrait dormir avec eux !

Quand un livre me frotte,

Ça me chatouille !

 

S. M.

 

 

 

Commentaires

Aucun commentaire